• Cinéma,
  • International,

Cinéma > Adieu ma concubine : Opéra de Beijing

Publié le 7 octobre 2016 Mis à jour le 24 novembre 2016

La légendaire histoire d'amour entre le héro Xiang Yu et sa concubine bien-aimée Yu Ji. Projection dans le cadre du cycle "Regards sur le cinéma chinois contemporain", organisé par l'Institut Confucius de l'Université Université Paris Nanterre en collaboration avec l’Université Normale de Shanghai.

Date(s)

le 16 novembre 2016

à 17h30
Lieu(x)
Bâtiment B - Amphi B2
> Entrée gratuite

Université Université Paris Nanterre
200 avenue de la République
92001 Nanterre


ADIEU MA CONCUBINE : OPÉRA DE BEIJING / 霸王别姬

Film-opéra, 2014, Chine

Sous-titres : français

Durée : 99 min

Réalisation : Teng Junjie
Scénarisation : Li Zhongcheng, Wang Yongshi


Lauréat du Grand Prix de la Communication au 19ème Festival international du Film de Shanghai (2016)

Nommé pour le Meilleur Film-Opéra au 30ème Festival du Film du Coq d’Or

 

Synopsis
L’opéra de Beijing Adieu ma concubine est inspiré d’une vraie histoire de la Dynastie des Han occidentaux (206 av. J.-C. – 9). Après l’écroulement de l’Empire Qin (210 av. J.-C.), de nombreuses révoltes naquirent en Chine. Parmi les chefs de la rébellion devenue générale, finirent par émerger deux figures principales : l’aristocrate Xiang Yu, général des Chu, et son subordonné Liu Bang. Le combat entre ces deux fut inévitable.
Xiang Yu, héros invincible, tomba dans une embuscade tendue par Han Xin, général des Han. Les soldats des Han entonnèrent alors des chants des Chu qui démoralisèrent les soldats des Chu et entraînèrent leur débandade. Tout ce qu’il restait à Xiang Yu, c’était sa concubine favorite Yu Ji et son cheval. Il fit fuir le cheval, il poussa Yu Ji à partir, mais celle-ci refusa. Désespéré, Xiang Yu s’enivra et se mit à chanter, tandis que Yu Ji le consola par des chants et des danses, avant de se donner la mort d’un coup d’épée. A la veille de la défaite des Chu, Xiang Yu se rendit alors au bord de la rivière Wujiang et mit fin à ses jours.

Avis de spectateurs
Le tournage et le montage ont su mettre en valeur la finesse des expressions faciales et des gestes des personnages. Les techniques d’aujourd’hui respectent les formes traditionnelles de l’opéra et y rendent hommage.

 
Regards sur le cinéma chinois contemporain

Merci à







 

Mis à jour le 24 novembre 2016